Mister K : Charlotte, femme combattante et entrepreneur engagée

À 31 ans, Charlotte vit à 100 à l’heure. Entrepreneur dans l’âme, et avide de nouveaux challenges, elle est une jeune femme créative et passionnée. Dès les premiers échanges avec elle, sa spontanéité touche et inspire, et elle nous entraîne dans sa bonne humeur et son tourbillon bienveillant.

Pourtant, Charlotte n’a pas été épargnée par la vie. À 27 ans, elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer de l’ovaire à un stade très avancé. Elle reçoit alors les traitements « classiques » et lourds : chimio, opérations… Elle décide pour autant de ne pas perdre sa féminité, c’est ce qui lui donnera une fois en rémission, l’idée de lancer sa première société, celle des « Fighting kits » : Je venais du monde de la mode, et je n’avais pas très envie de devenir juste une cancéreuse, mais de rester jolie. Je me suis battue pendant deux ans. Lorsque l’on m’a dit que j’étais en rémission, il a fallu que je reconstruise un peu ma vie, après ce tsunami du cancer. Pendant ces deux années, j’ai fait toutes les recherches possibles pour trouver des soins afin de rester jolie au quotidien. En discutant autour de moi avec d’autres malades, je me suis rendue compte qu’il y avait un désert d’informations à ce sujet, et pourtant cela pouvait nous aider à combattre la maladie d’une autre manière. »  Elle se lance alors dans une étude approfondie de tout ce qu’elle pourrait proposer aux malades, pour prendre soin de leur féminité « J’ai créé mon blog dans lequel je racontais un peu tout cela. Il a eu une résonance instantanée, c’est là où j’ai réalisé, notamment sur toute la partie beauté, que les infos manquaient considérablement. J’ai donc transformé le blog en box, car c’est un concept qui cartonne lorsque l’on va bien. Pourquoi ne pas le mettre au profit des malades qui en ont besoin ? Tout en restant dans un univers joli, féminin, et surtout pas pathos. C’est comme ça que j’ai commencé à façonner les fighting kit, en frappant aux portes de partenaires. J’ai voulu mettre en avant des marques qui ne sont pas bio, mais qui ont fait, sur du long terme, des essais cliniques sur des nombreux échantillons de patients. »

Mais Charlotte ne va pas s’arrêter là. Elle lance également sa marque de vêtements engagée et bienveillante aux messages forts pour « s’armer au quotidien et se booster ». Une partie des bénéfices de la collection Mister k. sont reversées à la recherche contre le cancer. Depuis la création de la collection, 8 700 € ont été reversé à la recherche contre le Cancer à l’hôpital Gustave Roussy.

Charlotte résume ces deux projets avec « Mister K » : « mon histoire de résilience ». Elle a fait de cette épreuve une force, celle de créer, de se jeter dans un projet qui lui tient à cœur, et dans lequel elle s’engage entièrement.

Récemment, elle s’est associée à Sylvain, pour séparer les deux entreprises, ces deux entités. « J’ai réalisé que je n’avais pas que des malades du cancer qui me suivaient, et que « never give up » peut concerner tous les sujets. Les mantras s’appliquent à toutes les étapes, toutes les épreuves de la vie. ». L’envie aussi d’aller de l’avant, de franchir une nouvelle étape. « C’était aussi lourd à porter de parler du cancer toute la journée, j’avais besoin de remettre un pied dans ma vie d’avant, celle du monde de la mode. Mais les deux sont intimement liés. »

Sylvain et Charlotte sont complémentaires, « il met en forme mes idées farfelues ! Je gère plutôt la partie com/créa. C’est une belle association, et pour l’instant ça se passe très bien. »

Une nouvelle ère pour Mister K, qui n’en a pas fini de nous étonner et de se réinventer.

Merci Charlotte pour cette belle leçon de vie !

MICHKA2

Quel est le premier objet que tu as imaginé pour les fighting kits ?

Le design des box. Je savais déjà quels produits je voulais mettre dedans, car il s’agissait de ceux que j’avais utilisé. La vraie question était de savoir comment j’allais les créer. Je voulais m’inspirer des boxs qui fonctionnent, mais je souhaitais quelque chose qui ait du sens, afin de répondre aux problématiques très ciblées du cancer.

TFK_kitsTFK_P&M_2

J’ai donc imaginé trois boxs, bien distinctes : cheveux/sourcils, pieds/mains et visage/corps. Il était important que les boites soient jolies, qu’elles ne reflètent pas la maladie lorsqu’on les reçoit, et d’avoir une boîte que l’on garde, un joli écrin, comme une boîte à bijoux.

C’est quoi la journée type de Charlotte l’entrepreneure ?

C’est le bazar ! (rires). C’est d’ailleurs pour cela qu’il a fallu que je m’associe ! Je suis quelqu’un de très spontanée, j’ai plein d’idées à la seconde, mais je ne suis pas très organisée ! J’ai tendance aussi à ne pas savoir prioriser.

Pour résumer, ma journée type est que je n’en ai pas vraiment ! J’alterne entre beaucoup de communication car je m’en occupe moi-même via nos réseaux sociaux, la préparation de nos paquets le soir pour livrer nos commandes à la poste, les rendez-vous avec des journalistes car ils nous sollicitent. Le reste de mon temps est d’imaginer de nouveaux produits et échanger avec ma communauté. Cela me demande énormément de temps, instagram doit me prendre environ deux heures par jour.

sweat together stronger

Charlotte demain ?

Mon rêve, ce serait que nos deux projets se dessinent vraiment avec une identité très claire : d’un côté une marque engagée et sincère, et de l’autre une plateforme dédiée, toujours aussi bienveillante mais pour accompagner les malades. Et surtout, de montrer que business et sincérité peuvent cohabiter.

Qu’évoque MyJoliBag pour toi ?

En ce moment, il y a une vraie problématique environnementale, j’ai plusieurs amies qui viennent d’avoir des enfants, et ce problème de santé est au cœur de leurs inquiétudes. Les gens sont aujourd’hui beaucoup trop informés grâce ou à cause des réseaux sociaux, il faut leur apporter des solutions concrètes, donc je trouve que c’est une offre très adaptée pour y répondre.

Photos © Mariposa photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *