Interview MyJoliMom : Carine, une maman au grand cœur

Carine a la bougeotte, elle a besoin de projets pour avancer. Entière, passionnée, aimante, elle vit à 200 % sa vie de femme, de maman, d’épouse, d’amie… Mille personnes en une, Carine n’en n’oublie pas pour autant son compte instagram.

Naturelle, elle ne fait pas la course aux followers, ni à une image lisse de la femme et mère parfaite. Ce qui lui importe, c’est d’être elle-même, n’en déplaise à ceux qui n’y adhèrent pas ! Aujourd’hui, ce compte lui permet de partager son quotidien avec une communauté toujours grandissante, et (presque) toujours bienveillante. Authentique, Carine y est dans son élément. Drôle et spontanée, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, et surtout, de rire !

Des projets, elle en a eu, en a, et continuera d’en avoir, véritable moteur de son existence. Après un premier mariage, puis un second, maman de quatre enfants, kinésithérapeute pour bébés, elle a lancé le Pole Baby Nancy.  Un lieu d’échange, de bien-être, d’aide et de rééducation axé autour du bébé, de l’enfant, des parents et de la famille. Un endroit où se retrouver, et trouver des réponses, entouré de gens bienveillants qui ne portent pas de jugement sur les choix des parents.

À travers un riche entretien, Carine nous a livré ses joies, ses passions, tout en nous communiquant son énergie et sa joie débordantes. Un vrai bonheur.

Ses difficultés aussi, puisqu’à 20 ans, on lui découvre de l’endométriose. Opérée au laser, elle est ensuite mise en ménopause pendant des années. Son endométriose a migré ailleurs, dans ses intestins par exemple, mais beaucoup moins dans son utérus, ce qui lui a permis d’avoir ses enfants. « Je suis toujours restée positive, en me disant que nous trouverions une solution, et c’est ce qui est arrivé»

Un tourbillon de positivisme qui fait du bien, merci Tata Carine !

Comment gères-tu ta vie de maman et de femme en profession libérale ?

J’ai un mari et des enfants très compréhensifs, qui savent que je suis passionnée par ce que je fais. Jérémy m’aide et me soutient dans tous mes projets, quant à mes enfants ils sont fiers de ce que je suis, ils ne m’ont jamais réclamé d’arrêter mon métier pour m’occuper d’eux à plein temps. Lorsque je suis à la maison, je suis là à 100%  pour eux. Le temps que je m’accorde est très réduit, mais ça ne me manque pas, je n’ai pas ce besoin de solitude, de me retrouver.

J’ai aussi une importante capacité à travailler, je suis une machine de guerre ! (Rires).  J’ai envie de transmettre du courage aux parents, aux gens qui me suivent : si je suis capable de le faire, tout le monde le peut !

Je suis toujours motivée, et je vais de l’avant. Il y a suffisamment de problèmes dans la vie, pour s’apitoyer sur ceux du quotidien, mineurs à mes yeux. C’est essentiel pour moi d’être optimiste.

D’ailleurs, mes enfants sont comme moi, surtout mes filles. Ils sont positifs, entourés, épanouis. Je ne veux pas être une femme, une maman qui passera dans l’oubli. Je veux être la maman dont ils se souviendront, la femme dont les gens se rappelleront, quelqu’un de bien. Je me donne les moyens d’y parvenir.

Je veux qu’ils se souviennent de moi comme une maman qui se battait, qui ne baissait pas les bras devant l’adversité. La vie est faite de problèmes, à nous de décider de les résoudre, de chercher ce qu’on peut faire pour les solutionner.

J’ai la chance d’être entourée d’amour, car j’en donne beaucoup aux autres aussi.

Je n’aimerais pas être quelconque, j’ai toujours voulu suivre ce que mon père me répétait : « il faut que tu deviennes quelqu’un ». Mais ce qui est essentiel, c’est de ne pas écraser les autres pour exister.

IMG_20170521_102334_870

Travailler avec les enfants a toujours été une vocation pour toi ?

A 20 ans, lorsque l’on m’a annoncé que j’étais stérile, et que je n’aurais jamais d’enfants, je me suis dit, inconsciemment, qu’il fallait que je sois à leur contact coûte que coûte.

Comment te définirais-tu en tant que maman ?

Je pense que je suis vraiment à l’écoute. Mes enfants me parlent de tout, ils ont vraiment confiance en moi.

Ils aiment mon côté fun, que je ne sois pas comme les autres. Ils en sont même fiers !

Je leur fais confiance, et je les aiderai à faire au mieux ce qu’ils ont envie de faire. Bien sûr, je punis lorsqu’ils ne sont pas assidus à l’école, ou qu’ils ne font pas de leur mieux. Il y a une différence entre ne pas vouloir et ne pas pouvoir. Je veux juste qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, dans tous les domaines.

Beaucoup de parents ne sont pas réalistes sur leurs enfants. J’ai essayé de ne rien projeter sur les miens, je suis ravie qu’ils soient comme ils sont. Ce qui m’importe, c’est qu’ils soient heureux.

J’essaie d’être sévère pour les bonnes choses. L’école est importante, mais s’ils ont fait de leur mieux, je ne vais pas passer mon temps à les disputer s’ils n’y arrivent pas.

Pourquoi avoir créé ton compte instagram ?

Pour mes enfants ! J’avais une stagiaire de 3e, qui m’a expliqué ce qu’était qu’instagram, les hastags etc. En rentrant le soir, j’ai raconté cela à mes enfants, qui m’ont rétorqué que j’étais trop vieille ! Je leur ai lancé un challenge, celui d’avoir 10 000 abonnés, pour leur montrer qu’ils avaient tort !

Une fois que j’ai atteint les 10K, j’étais prête à arrêter. Ils m’ont demandé de ne pas le faire, et de continuer ! Leurs amis me suivaient, et ils aimaient ce que je postais !

Alors, j’ai décidé de continuer, mais de la même façon que j’avais commencé : de façon spontanée, et exactement ce que je fais toute la journée, sans vouloir être une instagrammeuse ! Les gens que je côtoie me trouvent même calme sur mes stories (Rires).

Je ne prépare pas mes stories, les cheveux impeccables, apprêtée, au contraire je montre complètement ma vie réelle. Je n’ai aucune ambition d’être une mère parfaite, et de montrer une image parfaite sur les réseaux sociaux. Être une bonne maman, c’est pour moi savoir répondre aux interrogations de mes enfants, et les épauler lorsqu’ils ont besoin de moi. Je veux qu’ils soient avant tout des enfants aimés, qui pourront aimer à leur tour.

Qu’est-ce qui te marque le plus avec l’utilisation d’instagram ?

Le positif, c’est que l’on me dit souvent que je suis d’utilité publique ! (Rires). Au vu de la vague de blogueuses parfaites qui a déferlé sur les réseaux sociaux, je pense que mon arrivée a dû soulager quelques femmes !

Cela m’a plu, et fait peur également : constater qu’autant de femmes se sentent démoralisées, ou peuvent penser que la vraie vie, c’est instagram, je trouve cela inquiétant. Une belle maison, rangée, avec des enfants parfaits, qui dorment la nuit sont tous les stéréotypes que l’on rencontre malheureusement sur instagram. Cela a un effet très néfaste sur celles qui s’appuient sur toutes ces filles qui travaillent leur image sur les réseaux sociaux, elles ont l’impression de ne pas être de bonnes mères, et se remettent en question, alors qu’elles n’ont pas besoin de ça pour le faire ! J’ai une amie qui en a presque fait une dépression, car elle comparait le comportement de son enfant avec celui d’autres mamans qu’elle suivait.

Ce qui m’a le plus touché, ce sont les mamans qui m’ont contactée pour me dire que leurs filles avaient recommencé à travailler à l’école, car elles voulaient être Tata Carine plus tard. Elles ont dit à leurs mères qu’elles voulaient avoir un métier, avec des enfants. Bien loin de l’univers de la téléréalité, de ces modèles déconstruits de femmes qui ne travaillent pas et ont la belle vie !

Certes, je m’achète des choses, et je profite, mais elles voient que c’est le résultat de mon travail, et que c’est mérité ! J’étais extrêmement touchée de ces commentaires positifs, car dans la vie il ne faut pas hésiter à montrer que l’on a rien sans rien.

Le plus négatif avec instagram est sans doute la violence de certaines personnes. Elles ne se rendent pas compte que derrière un compte instagram, il y a quelqu’un. Leurs mots peuvent toucher… et faire mal. Une fois, on m’a reproché de ne pas aimer les handicapés. J’ai utilisé l’expression « il fait son autiste », en parlant rapidement, comme on pourrait utiliser une expression usuelle. Deux personnes sont tout de suite montées au créneau, en disant que je n’aimais pas les handicapés, que c’était une honte pour une kiné etc… Cela m’a énormément peinée. Je pense que certains sont postés devant leur compte instagram, en attendant le moindre faux pas pour pouvoir s’énerver, et leurs mots sont tout de suite très virulents.

D’autres m’ont déjà reprochée de montrer certaines choses, alors, pourquoi me suivent-ils ? C’est le principe d’insta, et si cela ne leur convient pas, qu’ils ne me suivent pas !

Mais cela est infime, tout le monde est adorable avec moi. On me demande des conseils, et je suis ravie de pouvoir aider, dans tous les domaines !

Comment tu te vois dans 10 ans ?

Je serai toujours kiné, je n’arrêterai jamais mon métier pour un blog, ou pour instagram. Je l’aime trop pour ça. J’espère que je ne me lasserai pas d’instagram, car cela peut m’arriver souvent. Ce qui m’aide, c’est que je sais que j’aide certaines femmes. J’ai déjà reçu des commentaires de certaines qui me disent que je suis « leur rayon de soleil de la journée », cela m’avait beaucoup touchée !

J’aimerais aller plus loin, faire des vidéos sur mon métier par exemple, mais je suis totalement nulle ! J’ai déjà lancé le blog, c‘est déjà pas mal !

Dans 10 ans, je serai toujours aussi folle ! (Rires), pleine d’énergie et j’espère que les gens continueront à me reconnaître, j’adore ça ! Je souhaite être toujours la bonne copine de tout le monde.

received_2313837668757475

Si j’avais su…

J’aurais embrassé Gregory Lemarchal ! (Rires). Je me suis retrouvée seule dans un ascenseur avec lui et…. J’aurais du le choper ! C’est mon plus grand regret (fous rires collectif !)

Qu’est-ce qu’évoque MyJoliBag pour toi ?

J’ai trouvé que le concept était super sympa, car il retrace quatre moments clés de la vie de maman. Souvent, on ne sait pas quoi acheter, on achète tout et n’importe quoi, on se tourne vers des produits « basiques », puis on se rend compte qu’ils sont décriés… C’est un super cadeau à offrir, avec des produits vraiment bien.

Et puis, il y a aussi des cadeaux pour la maman, merci de penser à elles ! Il ne faut pas les oublier, ainsi que leur bien-être ! Ça change des vêtements et autres cadeaux de naissance que l’on offre généralement. C’est original et beau !

Photos © Aurélie Peignier

6 Commentaires

  1. Tout à était dit de Tata Carine…. comme elle si bien dit….. elle nature…. dans tout les sens du terme… je faire sa positive ATTITUDE… son humour…. ça simplicité…. une femme sans chichi!!!!! Continu comme ça… Tata Carine….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *