Interview 1001 Vies : de la douceur pour la peau sensible de nos tout petits

La vocation d’Anne-Charlotte Barlerin a toujours été la cosmétologie. Passionnée par les formulations et la chimie, elle commence à s’intéresser de près aux tous petits. En 2008, certaines études indiquent que l’utilisation de produits bio se démocratise au sein des foyers, par le biais des bébés. Les parents ont tendance à acheter bio pour leurs enfants, avant de s’y mettre, eux aussi. Anne-Charlotte s’intéresse alors de près à cette tendance et décide de l’encourager !

C’est cette même année que Version Organique voit alors le jour. Anne – Charlotte créé un laboratoire destiné à fabriquer différents produits bio. Puis, en 2009, l’aventure 1001 Vies commence. L’idée était de trouver dans l’alimentaire bio, des ingrédients de choix pour les bébés. Tisser des lien avec des producteurs passionnés, créer des histoires, d’hommes, de femmes qui veulent que notre monde change, que notre regard sur l’environnement se renouvelle.

1001 Vies a donc sélectionné des producteurs engagés d’huile de tournesol, de calendula, et des apiculteurs. En ajoutant également des eaux florales, grâce à un maître artisan distillateur. Petit à petit, une équipe de choc s’est constituée, unie par des liens privilégiés.

Une petite équipe, pour de grands projets ! Une marque et un engagement fort, des valeurs que 1001 Vies partage avec MyJoliBag, vous ne serez pas déçus !

IMG_3140

Trois mots pour définir 1001 Vies ?

Sécurité

Efficacité

Émotion

Quels sont vos engagements envers les tout petits ?

Nos produits sont travaillés dans les règles de l’art. Nous sommes conscients que ce que l’on met sur son bébé doit être choisi avec soin, avec des ingrédients dans lesquels on doit avoir une totale confiance. On se doit aussi d’être transparents envers les parents, en connaissant la provenance de nos produits, et leur composition, sans pour autant abuser du marketing. Notre souhait est celui de la sincérité, qui se reflète aussi dans les packagings que l’on choisi, qui met en avant l’émotionnel et l’affectif.

On ferme les yeux, guidez-nous dans un labo de 1001 Vies  !

Si l’on ferme les yeux, on est d’abord happés par les odeurs, entre les matières premières, les cartons, les parfums… Ceux des femmes aussi. Nous avons une équipe plutôt féminine, donc nos parfums se mélangent ! Un seul homme, Franck,  travaille au milieu de nous toutes, il est responsable de la production.

Je vous dirais aussi de faire attention où vous marchez les yeux fermés. La déambulation est compliquée car nous manquons de place, nous commençons à être à l’étroit ! Tous nos produits sont fabriqués sur place dans nos labos.

Tout est informatisé, nous réceptionnons les matières premières, et nous avons un contrôle qualité drastique qui prend du temps, une traçabilité très exigeante.

Ensuite, Franck mélange nos matières premières, puis tout est stocké, et re-vérifié pendant 24h, en attente de contrôle, avant le conditionnement.

Quels sont vos ingrédients préférés ?

L’eau florale de fleur d’oranger, car elle est sans conservateur et très odorante. J’en pique même un peu parfois pour en mettre dans mes crêpes !

J’adore aussi les parfums, qui étaient un grand sujet lorsque nous avons lancé la gamme. Les consommateurs sont assez partagés sur le sujet : on veut en même temps beaucoup de tolérance pour le bébé, mais l’on sait que le parfum n’est pas forcément une matière très bien tolérée, tout en sachant que nous aimons quand notre bébé sent bon aussi. Nous avons essayé de trouver un compromis en faisant développer par un parfumeur des formules spéciales pour le bébé. On a une excellente tolérance, même s’il contient des allergènes, car pour un parfum c’est inévitable. Ce qui fait notre force, c’est notre transparence, notre volonté d’identifier tous les composants.

Rien n’est néfaste mais même avec des ingrédients naturels on ne peut jamais être totalement à l’abri d’une réaction.

unnamed (1)

Quels sont les ingrédients que vous fuyez ?

Nous avons exclu de nos formules tout ce qui est pétrochimie, silicone et parabens, qui sont interdits par la réglementation bio.

Ma principale inquiétude est d’avoir des matières premières bien tolérées par le bébé. Nous avons supprimé par exemple les sulfates, tensioactifs irritants pour la peau. C’était un parti pris il y a 8 ans, aujourd’hui les produits sans sulfate sont presque un argument de vente. C’est un ingrédient autorisé dans les produits bio, mais c’était un choix de ne pas le mettre pour une meilleure tolérance.

Quel est le produit phare de 1001 Vies ?

Le gel moussant surgras de la gamme nutrition. Un produit assez technique. Nous avons voulu émulsionner des agents surgras dans une base aqueuse, et au niveau technique c’était un challenge assez compliqué, mais cela donne un vrai plus au produit. C’est une formule extrêmement douce pour la peau, un produit que les parents adorent – leurs enfants le leur rendent bien !

Un conseil beauté pour les futures mamans ?

Ne pas lésiner sur l’utilisation de bons produits. Si au quotidien on utilise des produits de qualité, la peau est bien protégée.

Quand je suis tombée enceinte, je venais de créer l’entreprise, je suis retournée à la fac pour faire un master, cela a été une année mouvementée ! Je ne me suis pas beaucoup occupée de moi…

Quel est le rêve de 1001 Vies ?

Quand on commence à s’interroger sur le sujet des bébés, certains sujets sont prenants au niveau émotionnel. Quand j’ai voulu faire des partenariats, je me suis tournée vers l’association SOS préma. Là je me suis rendue compte que la législation ne prenait pas en compte les prématurés. Le contexte médical dans lequel évoluent les parents, est déjà assez difficile à accepter… Enlever le peu de plaisir, de toucher, d’odeurs et de cosmétiques n’aide pas à mon sens. Nous avons donc le projet et le souhait dès que possible, de créer une gamme pour les prématurés. C’est notre petit scoop !

1001 Vies dans 10 ans ?

Beaucoup de petites entreprises de cosmétiques bio ne subsistent pas face aux grandes marques pour les bébés. J’aimerais bien que dans 10 ans nous soyons toujours là, et que l’on soit la référence du bio dans notre domaine. Il n’y a pas si longtemps, une maman m’a dit « J’ai eu mon 2e bébé 1001 Vies » ! On commence à toucher les 2e générations, alors pourquoi ne pas toucher les 3e générations ?! J’aimerais aussi que notre projet pour les prématurés voit le jour.

Credit Photos Laurent Delhourme, 1001 Vies, MyJoliBag.

Pour retrouver l’interview des Douces Angevines, c’est par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *